Faire l’analyse d’un poème sans support textuel

mail  

Enseignant :

 Bernard Maréchal

Professeur de Lettres Classiques

Lycée Jean Michel

39000 LONS LE SAUNIER

contacts   

Contexte, durée et classe :

Contexte de l’activité

  • Classe de 1° S de 31 élèves, 29 élèves présents, une première séance de deux heures consécutives, une deuxième séance d’une heure.
  • Salle informatique équipée de haut-parleurs et d’Internet.
  • Objet d’étude : La Poésie.
  • « Lecture » analytique d’un texte poétique de Claude ROY, et préparation méthodologique à l’épreuve de l’EAF.
  • Le poème de Claude ROY est étudié dans le cadre d’un groupement de textes sur le thème « Parler de soi et de ses émois ». On a déjà étudié trois sonnets de Louise LABÉ, Harmonie du soir de BAUDELAIRE, on étudiera Correspondances, et un autre poème de ROY est au programme, La nuit.
  • Les élèves ont donc déjà découvert des notions de rythme, de versification, et appris à repérer et analyser des thématiques d’après les champs lexicaux, les réseaux d’images, etc.
target   

Objectifs :

Projet et objectifs

  • Reprise et modification de l’activité effectuée dans une classe l’année précédente, sur le même texte, Le temps, de Claude ROY.
  • L’objectif est de faire écouter attentivement un poème aux élèves, sans aucun support textuel, et de les faire répondre oralement aux questions majeures nécessaires à son explication en vue de l’oral de l’EAF, puis de leur faire prendre des notes plus complètes.
  • Un autre objectif est de faire éliminer les réflexes inutiles ou improductifs qui mènent à des paraphrases ou reformulations du texte écrit.
tools   

Conditions matérielles :

 Une salle informatique avec équipement sonore, deux séances dans la même semaine, en classe entière.
rocket   

Mise en œuvre, première séance :

La séance en salle informatique : mardi 19 janvier

Première heure : un seul ordinateur en fonction, le poste professeur

1°) le(s) thème(s), repérage de champs lexicaux, puis analyse sommaire

2°) le système de vers et de strophes, la présence de rimes, la vérification de la mémoire auditive

3°) les rythmes et la mesure des vers

4°) l’énonciation, on en déduit une intention puisqu’un destinataire est identifié

5°) la rhétorique, avec repérage fractionné en 4 groupes, un par strophe, puis explication des comparaisons et métaphores, en deux écoutes successives

6°) la composition ou progression, une chute, donc une signification en termes d’expression d’un émoi, conformément au projet pédagogique.

  •  7 écoutes successives du texte sont donc proposées, avec parfois une reprise partielle, notamment de la strophe 3, et de vers isolés, pour en faire entendre la mesure exacte à des oreilles encore un peu inexpérimentées.

Deuxième heure : ouverture des autres ordinateurs

  • On travaille au moyen d’une carte heuristique qui contient une sorte de questionnaire de lecture, et les élèves peuvent formaliser plus précisément les prises de notes de la première heure (il faut moins de trois minutes pour expliquer le fonctionnement du logiciel Freemind à ceux qui ne l’avaient jamais utilisé en seconde).
  • L’adresse Internet de l’expérience menée l’an dernier est fournie aux élèves dans un fichier texte, et ils peuvent enfin visualiser le texte de Claude ROY, contenu dans la dite carte heuristique.
  • Le fichier son est mis à leur disposition sur l’espace classe du réseau pédagogique, et ils peuvent l’écouter avec leurs baladeurs personnels, ou avec des casque appartenant à la salle informatique.
  • Les questions posées par la carte heuristiques reprennent grosso modo l’étude purement sonore qui a précédé, mais il est demandé aussi d’établir des axes de lecture, ou une piste d’interprétation du poème, et les élèves ont tout loisir d’ajouter des branches à l’arborescence du questionnement.

Après la première séance

  • A l’issue de ce travail, toutes les cartes heuristiques produites sont collectées par le professeur, qui les évalue en inscrivant la note sur chaque carte, avec un bref commentaire. Les « devoirs » seront restitués à la prochaine séance sur l’espace partagé de la classe, et rapidement examinés avant de finaliser le travail de lecture analytique et de faire les expériences d’oral.

Voici quelques-unes des cartes heuristiques produites à l’issue de la deuxième heure, laissées dans leur orthographe native, et avec leurs erreurs ou insuffisances : seules ont été ajoutées des appréciations simplifiées, ainsi qu’une note sur 20.

  • Alexandre et Andréï
  • Louis et Romuald
  • Manon et Anne-Pénélope
  • Marie-Pierre et Claire
rocket   

Mise en œuvre, seconde séance :

Deuxième séance : vendredi 22 janvier

Préparation à l’oral de l’EAF

  • Élaboration d’axes de lecture et enrichissement des éléments d’analyse. Enregistrement avec Audacity de petites prestations orales : présenter le poème, présenter un ou deux axes de lecture, parler une minute sur un fait de style ou de versification ou un champ lexical, etc.

Résultat obtenu

  • Le texte est équipé de deux axes de lecture, sa présentation thématique a été effectuée (thèmes conjoints de l’amour, de la poésie et du temps, la poésie et l’amour étant une sorte de remède au temps), et les élèves ont pu assister à l’enregistrement et à l’écoute immédiate de 5 d’entre eux.
  • Le fichier son ainsi obtenu est immédiatement exporté au format mp3,

    placé sur l’espace classe. Il contient beaucoup d’imperfections, ne constitue pas une explication totale du poème, puisqu’il ne dure que trois minutes environ, mais il sera le point de départ de nouveaux enregistrements qui ne figurent pas ici.

calculator Bilan : les contraintes, et l’efficacité obtenue

Contraintes et compétences à mettre en œuvre

  • Cette activité nécessite que le professeur enregistre le texte au préalable, fasse une carte heuristique vierge qui contient les questions, et dépose le matériel sur l’espace partagé de la classe, au début du cours, soit environ une demi-heure de travail.
  • Le professeur doit simplement savoir utiliser le vidéoprojecteur, disposer d’une salle avec haut-parleurs, et préparer des questions d’observation et d’analyse comme il le ferait pour un travail avec support papier.
  • L’exigence de silence et d’attention est très vite obtenue, puisque les élèves doivent bien écouter avant de participer à l’explication.

Analyse et bilan de l’expérience

  •  Le travail en classe entière est l’occasion de faire participer un plus grand nombre d’élèves possibles, d’obtenir une émulation en faisant appel à leurs capacités de mémorisation auditive, et de laisser une certaine liberté dans les prises de notes individuelles.
    L’enregistrement audio est difficile pour les élèves, mais le blocage disparaît vite, et le jeu vaut d’être tenté, notamment dans la part de notre travail qui prépare les élèves à l’épreuve orale.

Remarque

  • Le texte de Claude ROY n’étant pas libre de droits, on ne peut le donner en fichier téléchargeable ; il reste néanmoins audible ici.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*