Nov 19 2008

Écriture collaborative en 3ème : bâtir un plan argumentatif à l’aide d’une carte heuristique

mail  

Enseignant :

Laurent GAVEN

Professeur de Lettres

Collège Jules Grévy

Poligny (Jura), puis Académie de Bordeaux.

contacts   

Contexte, durée et classe :

Dans le cadre d’une séquence de travail sur le texte argumentatif, les élèves emploient Freemind afin d’organiser leur réflexion.

Niveau : Classe de 3ème – classe entière, travail par groupes de 2 élèves.

Contexte et Objectifs didactiques

  • Le contexte :

L’activité présentée s’inscrit dans le cadre d’une séquence sur l’écriture de textes argumentatifs, organisée de la façon suivante :

Séquence : Écrire des textes argumentatifs.

Chapitre 1 : La composition du paragraphe argumentatif.

Chapitre 2 : Organiser ses idées grâce au plan argumentatif.

Chapitre 3 : Assurer la cohérence du texte grâce aux connecteurs logiques.

Chapitre 4 : Comment rédiger l’introduction et la conclusion d’une argumentation ?

  • Nature de l’activité :

A partir du sujet de réflexion proposé, les élèves doivent présenter de manière organisée leurs idées (arguments et exemples) sous la forme d’un plan argumentatif.

target   

Objectifs :

Objectifs :

Écriture / Méthodologie :

  • Maîtriser l’exposé écrit d’une opinion personnelle.
  • Écriture à usage personnel prise de notes à partir d’un support écrit ou d’une communication orale, et reprise de ces notes en vue d’une utilisation précise,
  • mise en ordre des idées et des informations,
  • écriture et réécriture du brouillon,
  • utilisation du traitement de texte.
  • Écriture pour autrui

Pratique de l’argumentation : présentation d’une prise de position étayée par un argument concret et un argument abstrait.

Présentation de plusieurs opinions sur une question.

L’oral :

  • Savoir distinguer l’écoute, le dialogue, l’exposé,
  • Savoir se comporter de façon pertinente dans les différentes activités orales.

Les outils de la langue :

  • L’enrichissement du vocabulaire : vocabulaire abstrait.
  • Organisation des textes : les connecteurs logiques et leurs valeurs.

B2i :

  • Validation d’items.
tools   

Conditions matérielles :

Outils :

  • Logiciel Freemind installé sur chaque poste de la salle informatique.
  • Logiciel de traitement de texte.
  • Vidéoprojecteur.
  • Lecteur mp3 (+ logiciel de podcast : Ziepod + logiciel de retouche sonore : Audacity)

Organisation des séances : 4 séances de 55 minutes.

  • 1 séance de 2h. pour travailler sur le sujet de réflexion proposé et bâtir le plan argumentatif.
  • 1 séance d’1h. pour la correction commune.
  • 1 séance d’1h. pour la recherche de connecteurs logiques et le passage du plan au texte rédigé.
rocket   

Mise en œuvre :

Déroulement

1. Activités préparatoires :

  • Pour les élèves, à faire chez soi : revoir les différentes notions abordées dans le chapitre 1 de la séquence sur l’écriture du texte argumentatif (= la composition du paragraphe argumentatif).
  • Pour l’enseignant :

• vérifier que Freemind est installé sur chaque poste de la salle informatique et mettre à disposition la carte mentale (voir pièce jointe) que les élèves auront à compléter ;

• préparer le montage sonore qui servira d’activité d’accroche à la séance de travail.

2. Organisation des séances de travail :

Séance 1 = 2 heures :

  • Phase d’installation et d’explication (25/30 min.) :

• Chaque groupe de 2 élèves s’installe à un poste dans la salle informatique et tous écoutent l’accroche sonore de l’activité diffusée à partir d’un ordinateur : il s’agit d’un extrait d’une émission de radio (« Service public » sur France Inter) qui pose le thème de l’activité : Internet, avantages et inconvénients. S’ensuit une discussion permettant aux élèves guidés par l’enseignant de faire apparaître les thèses à développer par la suite. (Durée : 15 min.)

• Explication du travail à réaliser : par groupe de 2, chercher des arguments illustrés d’exemples afin d’étayer les thèses se rapportant au sujet suivant : « Depuis quelques années Internet occupe une place croissante dans notre quotidien. Quels avantages et quels inconvénients présente, selon vous, ce moyen de communication ? »

  • Prise en main du logiciel Freemind par les élèves, ouverture de la carte à compléter évoquée plus haut, et explication du fonctionnement du logiciel Freemind à l’aide du vidéoprojecteur : 10 min. Phase d’activité, en autonomie, en salle informatique : Les élèves cherchent des arguments et des exemples qu’ils organisent sur la carte mentale proposée. Le professeur passe de groupe en groupe et guide les élèves dans leur réflexion. Pour les groupes ayant de l’avance, on demande d’ajouter à la carte des connecteurs logiques entre les idées présentées. A l’issue de cette séance, les élèves font une remise de copies. L’enseignant récupère puis corrige les cartes complétées pour la séance suivante.

Séance 2 = 1 heure :

  • Phase d’activité, en classe entière, en salle de classe :
  • L’enseignant propose de réfléchir sur quelques unes des maladresses ou erreurs le plus souvent constatées d’une carte à l’autre. On part pour cela de quelques exemples pris dans les réalisations des élèves que l’on retravaille ensemble (voir la page au format *.htm « correction commune vide » puis le résultat sous forme de carte cliquable).
  • L’activité se déroule dans la salle de classe : le document de travail est projeté au tableau à l’aide d’un vidéoprojecteur et un élève est chargé, à l’ordinateur, de compléter le document avec les propositions faites par l’ensemble de la classe. Chaque élève à sa table dispose du même document, qu’il complète également, au stylo.

Séance 3 = 1 heure :

  • Phase d’activité et de bilan, en classe entière, en salle de classe :
  • A partir des plans réalisés et des corrections proposées, le professeur projette, grâce au vidéoprojecteur, un corrigé sous la forme d’une carte mentale et demande aux élèves d’ajouter des connecteurs logiques pour introduire les arguments et les exemples. C’est le professeur lui-même qui les ajoute depuis l’ordinateur : 20 min. Le plan corrigé ainsi complété reste projeté.
  • Les élèves reforment les groupes de 2 et sont chargés de recopier sous forme de paragraphes rédigés une moitié du plan, en ajoutant une phrase d’annonce de la thèse au début de leur texte. Le professeur récupère les textes de chaque groupe et les photocopie. Au début de la séance suivante, il distribue un exemplaire du plan corrigé et un exemplaire du texte rédigé correspondant à chaque élève d’un même groupe : 30min.
check   

L’utilisation des TICE :

L’utilisation des TICE :

L’utilisation d’un lecteur mp3 et d’un extrait sonore

Le fait de diffuser un court extrait sonore pour introduire l’activité permet d’éveiller la curiosité des élèves, de capter rapidement leur attention afin d’entrer dans l’activité au cours d’un premier échange oral sur le sujet. Cet échange se fait en classe entière, avant que chaque groupe ne travaille en autonomie.

L’utilisation du vidéoprojecteur

  • Utiliser le vidéoprojecteur est un moyen rapide et efficace d’expliquer les manipulations de base du logiciel Freemind.
  • Chaque groupe voit sur son écran la même chose que ce qui est projeté au tableau : les élèves peuvent suivre et reproduire « en temps réel » les manipulations du professeur. Grâce à l’image projetée, les explications orales de l’enseignant sont plus faciles à suivre : l’association image-parole facilite l’apprentissage du fonctionnement du logiciel.
  • Remarque : les explications fournies se limitent aux fonctions de base permettant de créer une carte mentale. La plupart des élèves de la classe ont déjà utilisé Freemind.
  • Lors du compte-rendu et du travail de correction en classe, la projection des documents à modifier ou à compléter, au tableau, permet de focaliser l’attention de l’ensemble des élèves sur un même point. C’est une façon très claire, très « lisible » de retravailler un document et cela permet également aux élèves de réagir aux propositions faites par leurs camarades au fur et à mesure qu’elles apparaissent à l’écran.

Pourquoi utiliser Freemind durant cette activité ?

  • Pour appréhender plus facilement l’agencement logique des idées. Un logiciel de cartes heuristiques tel Freemind permet de visualiser, sous forme d’arborescence, la cohérence du raisonnement au fur et à mesure que les élèves le construisent et ainsi de s’assurer que chaque élément constitutif est justifié par rapport aux autres. Cela met en évidence le rôle que joue chaque idée dans le développement d’une thèse (rapport thèse-argument-exemple).
  • Pour organiser/modifier l’argumentation de façon simple, en déplaçant, supprimant, modifiant les éléments de chaque arborescence.
  • Pour favoriser les échanges et la réflexion au sein du groupe. Les élèves ont face à eux, sur un écran, une carte à compléter, qui leur sert de guide commun, qui leur est également accessible et qu’ils peuvent modifier proprement et rapidement.
  • L’option d’exportation d’une carte au format html proposée par Freemind permet de passer rapidement du plan en arborescence à une présentation plus classique, qui correspond davantage à celle que les élèves adopteront sur leur feuille. Elle permet également d’afficher progressivement la hiérarchie des idées qui composent le développement d’une thèse.

Pourquoi utiliser le traitement de texte durant cette activité ?

  • Les outils de manipulation et de correction du texte facilitent le travail de correction du document, en cours de réalisation (modification, recomposition, amélioration du texte), en préservant la clarté de la mise en forme du texte et sa lisibilité.
  • Le document projeté à l’écran est modifié par un élève qui joue le rôle du secrétaire de séance mais c’est l’ensemble de la classe qui complète un seul et même document. L’aspect collaboratif de l’activité s’en trouve renforcé, il y a un vrai échange à propos du résultat affiché à l’écran.
calculator Bilan :

Évaluation du dispositif

  • Les élèves n’ont pas eu de difficultés à utiliser Freemind pour organiser leur travail et ils se sont vite mis au travail dans chaque groupe.
  • Dans chaque groupe les élèves ont bâti ensemble, « à égalité », leur réflexion : à la différence de la prise de notes « classique » sur son cahier de brouillon par l’un des élèves du groupe, qui individualise cette activité puisque les autres ne sont pas les auteurs de ces notes écrites, chaque élève se sent plus impliqué par l’activité qui se réalise petit à petit sur l’écran.
  • Les aspects ludique et pratique de la carte mentale sont à prendre en compte :

a. aspect ludique du fait de la création d’arborescences et de leur mise en forme visuelle ;

b. aspect pratique lié à la clarté de la présentation, à la facilité et à la rapidité pour corriger les idées.

  • La présentation identique de la carte mentale proposée à chaque groupe et son affichage à l’écran durant sa création permettent une plus grande réactivité pour l’enseignant qui, passant de groupe en groupe, peut observer facilement le travail en cours (de façon plus accessible que si les notes étaient prises par un élève du groupe sur son cahier de brouillon) et orienter la réflexion des élèves.

Au format compressé, tout le dossier de travail.

Présentation de l’activité sous forme de carte heuristique

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*