Un livre à part: un outil numérique pour créer des histoires.

mail  
Enseignant :

 Sonia Fraichot sonia-denise.fraichot@ac-besancon.fr ; Margaux Fusier margaux.fusier@ac-besancon.fr ;

Professeures de français

contacts   

Contexte, durée et classe :

Niveau des classes : tous niveaux

Discipline : Français.

target   

Objectifs :

Objectifs :

– Créer une ou plusieurs histoires au sein de la classe.
– Pratiquer l’écriture collaborative.

Compétences :
– Utiliser un outil numérique pour pratiquer l’écriture.
– Maitriser les bases de l’écriture au clavier.
– Rédiger des écrits variés.
–  Adopter des stratégies et des procédures d’écriture
efficaces.
– Réécrire à partir de nouvelles consignes ou faire évoluer
son texte.
– Consolider l’orthographe lexicale et grammaticale.
– Enrichir le lexique.
– Lire les écrits des pairs et choisir ses suites de textes
préférées.
– Développer l’autonomie.

tools   

Conditions matérielles :

Connexion Internet (l’élève peut travailler depuis la
maison), salle informatique, chariot de tablettes…

rocket   

Mise en œuvre :

L’outil de créations d’histoires, Un livre à part, permet de
produire des écrits variés au cycle 3 comme au cycle 4.Voici un tutoriel pour la prise en main de la plateforme :https://www.youtube.com/watch?v=p_6xCmMZTSA

Très intuitif, simple d’utilisation, libre de droit, conforme
aux RGPD cet outil vous permet de pratiquer la
production d’écrit, la lecture, la langue à travers la
production de récits variés. Il permet de faire travailler
des élèves en autonomie sur l’outil numérique et de
manière différenciée en fonction des besoins du cours et
de l’élève. Les productions individuelles réunies
permettent de créer une production pour la classe.

Un exemple en 6ème : écriture collaborative d’un conte
merveilleux et un exemple en 4e : écriture collaborative d’une nouvelle
fantastique.

En classe, les élèves ont imaginé et choisi une situation
initiale de conte en 6e ou une situation initiale d’une
nouvelle fantastique en 4e,

Ex en 6eB en 2020 : Jadis, il y avait un jeune paysan qui vivait
dans un grand village. La ferme du jeune homme était
immense : il avait beaucoup de bétails. Mais les villageois,
jaloux de cette réussite, ne l’aimaient pas. Alors tous les soirs,
le jeune homme allait se coucher, triste, sans amis et sans
famille ; il n’avait que ses vaches, ses cochons et toutes sortes
d’animaux qu’il aimait tant pour seule compagnie. Il ne le
savait pas encore mais la vie lui réservait bien des surprises.

Ex en 4eA en 2021 : Ce matin-là, j’avais ressenti le besoin
d’aller me recueillir sur la tombe de mon père, au cimetière du
Russey. J’étais une jeune collégienne, heureuse avec mes
trois frères et soeurs, mais profondément triste depuis la mort
de mon père, il y avait de cela trois semaines déjà. Il était sept
heures du matin. C’était une matinée brumeuse et le soleil
était à peine levé. Je m’y rendais pour y déposer une rose
rouge, la fleur préférée de mon père. Le cimetière était vide et
le gardien des lieux avait à peine ouvert les grilles. J’avançais
en direction de la tombe de mon père, à côté de celle de mes grands-parents au fond à gauche du cimetière. Sa tombe était
couverte de fleurs et de mots de la famille, dont ceux bien-sûr
de ma mère et de toutes les personnes qui l’aimaient. J’y
déposai la rose et restai un moment devant sa tombe, des
larmes me coulant sur mes joues…

Après avoir crée la classe sur le site « Un livre à part » en
renseignant divers éléments, comme le nom de
l’établissement scolaire, le nom de la classe, le nombre
d’élèves. Il s’agit ensuite pour le professeur de « lancer
l’histoire » c’est-à-dire de renseigner un premier chapitre
(ou paragraphe), le début d’un conte, d’une nouvelle…et
donner un nom à l’histoire. Il est possible d’ajouter une
image à la place ou un complément de l’incipit et de
donner une consigne de rédaction pour la suite de
l’histoire.
Quand le début de l’histoire est créé, les élèves peuvent
se connecter et proposer une suite à cette nouvelle
histoire.
Une fois la participation de l’élève enregistrée, le
professeur peut apporter des corrections au texte de
l’élève, lui demander de se corriger ou encore
d’ajouter des consignes de correction. Et ainsi de suite pour le reste de l’histoire.

Ensuite, vient le moment du vote. Les textes à lire côté
élèves sont anonymes et les numéros donnés aux textes
changent d’un élève à l’autre. Suite au vote, l’anonymat sera
levé pour le texte gagnant uniquement. Les élèves ne peuvent
pas voter pour eux-mêmes.
Il est possible de limiter à 5 le nombre de textes à lire au
maximum
En cas d’ex-æquo, c’est au professeur de départager la
meilleure suite.

 

check   

Résultats :

Les récits et ou suite de textes crées par les élèves
peuvent permettre de valider des apprentissages variés,
la production des écrits est à la fois individuelle et
collaborative.

calculator Bilan :

Outil très facile à prendre en main aussi bien pour
l’enseignant que pour les élèves.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.